Dons

Une nouvelle approche pour lutter contre les crimes commis avec des armes à feu

Les libéraux de Justin Trudeau tentent une fois de plus de diviser les Canadiens. Cette fois, ils utilisent les armes à feu.


Sur cette question comme sur tant d’autres, il est temps de baisser la température et d’avoir un débat raisonnable sur ce que nous essayons d’accomplir.


Les règlements existants pour les propriétaires d’armes à feu au Canada sont très rigoureux.


Les armes à feu utilisées pour commettre des crimes au Canada sont déjà illégales. Et les changements proposés par Justin Trudeau n’auront aucun impact sur la lutte contre le crime et ne rendront pas nos rues plus sûres.


L’approche actuelle laisse tomber les Canadiens :

  • Les libéraux utilisent les armes à feu pour diviser les Canadiens, en jouant sur les événements aux États-Unis.
  • La véritable cause des crimes commis avec des armes à feu — les armes passées illégalement par nos frontières — est quasiment ignorée.
  • Les propriétaires d’armes à feu légales n’ont aucune prévisibilité. L’arme qu’ils possèdent aujourd’hui sera-t-elle légale demain? Les armes à feu peuvent être arbitrairement ajoutées à la liste des armes interdites, sans préavis et sans promesse de rachat.
  • Les règles existantes n’ont aucun sens. Les fusils dits « noirs » (des fusils qui, d’un point de vue cosmétique, semblent « plus effrayants » parce qu’ils sont noirs et principalement en plastique et en métal) sont beaucoup plus susceptibles d’être ajoutés à la liste des armes interdites, quelles que soient leurs caractéristiques. Si vous avez deux armes à feu et qu’elles ont fonctionnent de la même manière — même cadence de tir, même taille de chargeur, même longueur de canon et même calibre — elles devraient être interdites ou non, indépendamment de leur apparence.

Nous avons besoin d’une nouvelle approche.

Pour les propriétaires légaux d’armes à feu :

  • Annuler le « gel » bizarre et mal pensé des armes de poing de Trudeau.
  • Mettez fin à l’interdiction des pistolets Airsoft proposée par Trudeau. Ce ne sont pas des armes à feu, et elles ne devraient pas être traitées comme telles.
  • S’en remettre aux conseils d’experts, et non aux politiciens, et mettre enfin en œuvre un système de classification simplifié qui classera les armes à feu en fonction de leurs caractéristiques, et non de leur apparence.

Pour retirer les armes à feu illégales de nos rues :

  • J’augmenterai le financement et les ressources pour lutter contre la contrebande d’armes à feu à notre frontière, notamment en soutenant les mesures spécialisée sur les armes à feu dirigée par l’ASFC et la GRC en collaboration avec les autorités américaines pour cibler les opérations de contrebande avant que les armes à feu ne franchissent la frontière.
  • Bien que les achats par intermédiaires ne représentent qu’un faible pourcentage des armes à feu utilisées dans le cadre de crimes, ils constituent une tache noire pour les propriétaires d’armes à feu légaux et responsables. J’habiliterai la GRC à travailler en collaboration avec les armureries pour éradiquer complètement ces achats.
  • Travailler pour s’attaquer aux facteurs sous-jacents et aider à détourner les Canadiens vulnérables d’une vie de crime, ce qui commence par la lutte contre les inégalités systémiques dans nos communautés.


Si vous êtes avec moi, ajoutez votre nom et soutenez le plan de notre campagne pour une nouvelle approche sur la lutte contre les crimes avec armes à feu.